LE CAFÉ CENSIER

Un café-brasserie à tester… J’ai peur. C’est que dernièrement j’ai été déçue à chaque fois.

Mon appréhension s’efface petit à petit. Déjà quand je sors du métro Censier-Daubenton. Cette petite place est charmante, la vie de quartier y est intense. Il fait assez bon en ce soir d’hiver, quelques amis s’installent à la terrasse du Café Censier, je pénètre à l’intérieur. Accueil du patron : souriant, chaleureux. Service en salle attentif.

J’attends mon ami en lisant l’ardoise et la carte. Ca y est je salive et là j’en suis sûre : c’est une bonne adresse, chouette ! C’est confirmé quand le patron me parle du chef : un ancien du Bristol.

Mon ami arrive, nous sommes affamés tous les deux, le dîner peut commencer !

Velouté de lentilles et sa crème au lard pour moi, cannelonis de chèvre pour lui. Mon velouté se révèle très épais. La lentille est parfumée au lard et la crème à son sommet est juste dosée. Un régal d’entrée. Les trois cannelonis au chèvre frais sont servis froids, sur ardoise, ils sont délicieusement recouverts d’une persillade. Entrées de 6 € à 13 €. Autres entrées proposées : terrine de foie de volaille du chef servie à table, rillettes de poisson maison, croustillant de chèvre et sushis de saumon.

La suite ? Un burger du Cantal pour moi, un confit de canard pour mon invité. Mon burger est gigantesque. Gourmand, le steak déborde et une belle tranche de cantal triangulaire fond doucement sur le pain. La cuisson de ma viande est respectée et les frites maison sont un régal. Surgelées ? Sûrement pas ! Le confit, lui, est proposé avec une sauce au vin d’épices, presque acide. Le gratin dauphinois tout rond et doré qui l’accompagne fond dans la bouche, je pioche avec délices dans les deux assiettes. Voilà de beaux plats bien réalisés et le burger, un classique proposé en brasserie, ne démérite pas.

Les talents du chef sont nombreux : gigot d’agneau à la lavande et risotto d’épeautre, filet de sole sauce dieppoise, cochon de lait rôti aux épices douces. Plats de 11,50 € à 48 € (côte de boeuf pour deux).

La carte des vins propose quelques rouges AOC : Haut-Médoc, Buzet, Bordeaux Moulin de Labordes, de 15 € à 26 €.

Nous commandons les desserts avec hâte. Blanc-manger coco pour moi et moelleux au chocolat classique mais bon. Mention spéciale au blanc-manger : doux et très ferme.

Cette jolie place peut maintenant s’enorgueillir de posséder une brasserie de qualité.

Café Censier. 101 rue Monge. 75005. Métro Censier-Daubenton. Ouvert tous les jours sauf le dimanche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s