RAS LA TOQUE DES CERVEAUX LENTS !

Faut-il manger moins pour garder un cerveau jeune ?…

C’est ce qu’affirment de plus en plus de chercheurs qui tentent de percer les secrets de la vigueur cérébrale. Il faut dire qu’avec l’allongement de l’espérance de vie, on a intérêt à maintenir au top nos capacités cognitives, ne serait-ce que pour retrouver les codes secrets et autres mots de passe stockés dans notre disque dur crânien !

Or, des chercheurs d’Arizona viennent de constater un risque de dégénérescence cérébrale plus important chez les gros mangeurs ! Ils ont testé le risque de « déficience cognitive » chez trois groupes de personnes, réparties en fonction de leur consommation calorique. Conclusion : plus celle-ci est importante et plus les capacités du cerveau sont altérées.

Confirmant cette découverte, des chercheurs italiens de l’Université catholique de Rome ont mis en lumière les effets positifs de la restriction calorique sur la santé du cerveau. Moins manger stimulerait en effet l’activité d’une molécule : la CREB1. (*) Or cette molécule joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement et la longévité des cellules cérébrales. De là à ce que les pontes du Vatican, obligent le souverain pontife à se serrer la ceinture, pour garder toute sa tête… !

Pour booster au maximum notre vivacité d’esprit, nos capacités d’apprentissage et de mémorisation, pourquoi alors ne pas conjuguer restriction calorique et restriction… cathodique ?

En diminuant notre temps d’exposition aux émissions TV appauvrissantes pour l’esprit, on gagnerait ainsi sur les deux tableaux, en réduisant d’autant les heures de grignotage devant la télé…

 

Petitgrognon

 

(*) C Amb Responsive-Element Binding 1, (…si, si …c’est bien son nom !)

Publicités

2 réflexions sur “RAS LA TOQUE DES CERVEAUX LENTS !

  1. Moi je pense que pour vivre vieux il faut vivre avant tout heureux! Et quel meilleur plaisir que celui de la table?! Quel meilleur moment que celui où on se retrouve entre amis autour des meilleurs petits plats, aussi simples soient-ils parfois, et quel meilleur moment que le petit « craquage régressif » nous rappelant les bons moments de notre enfance! Alors qu’ils nous laissent savourer la vie et arrêtent de nous faire (ou du moins d’essayer) culpabiliser! Et on vivra bien mieux 😉

  2. Bonjour Karine, je suis d’accord pour les bons repas et les craquages, il faut juste réduire les grignotages à toute heure en fait.
    On aurait pu intituler le billet « ras la toque des chercheurs » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s