LE COSTAUD DES BATIGNOLLES

Magali et son costaud vous accueillent dans leur tout nouveau restaurant depuis quelques mois. Atypique, décalé, peu importe l’adjectif utilisé, le lieu change des restaurants habituels. Monsieur expose les artistes et fait le chef d’orchestre dans la salle pendant que Madame s’exprime en cuisine, c’est elle qui fait tout.

Pourquoi ce nom ? En référence à un film des années 1950 avec Pierre Mondy (un chef d’oeuvre donc), au léger embonpoint du patron et au gros chien très pépère qui ronfle dans son panier.

Il est 20h, c’est déjà plein. Quelques habitués passent une tête et demandent s’il reste par hasard des tables inoccupées, hélas non. Le mot d’ordre ici : on réserve !

Une mise en bouche arrive pendant qu’on étudie le décor : crevette marinée à la coriandre et guacamole de petits pois. Léger, rafraîchissant, original, ça commence bien !

La carte change très souvent. Nous découvrons ce soir-là un velouté de courgettes et sa Chantilly au bleu, des queues d’écrevisses poêlées, un œuf poché au fumet de poisson et des nems de lapin.

L’œuf poché laisse son jaune se répandre dans la petite cocotte, le fumet de poisson est présent, fameux et le soupçon de Cognac parfume le tout discrètement. Les nems de lapin nous ravissent tout autant, ils sont accompagnés d’une vinaigrette à la coriandre qui casse le côté sec du bestiau. Nous goûtons aussi de toutes petites queues d’écrevisses (un peu trop fermes) sur leur salade de mâche assaisonnée aux fruits de la passion.

Tournons-nous côté mer pour la suite : saumon poché et saint-jacques juste poêlées. Le saumon repose sur un lit de lentilles vertes au Porto, il a la bonne idée de se présenter accompagné de lard, le plat est réussi, le saumon s’émiette facilement. Les saint-jacques sont parfaitement saisies. Gros coup de cœur pour la réduction de balsamique au soja parfumé à la truffe. Seule la purée nous déçoit un peu, comme si les autres ingrédients du plat faisaient le spectacle à eux seuls. Amateurs de colombo ? Goûtez celui au cochon, très parfumé à la coriandre et au curry.

La carte des vins démarre à petits prix mais promet tout de même quelques belles surprises comme ce Chasse-Spleen, un Moulis 2008, parfait en tous points.

Les desserts ? C’est Magali aussi. Gâteau tout choco, mousse au citron vert et crème brûlée à la pistache. Nous commandons les deux dernières propositions et laissons de côté le demi-camembert au lait cru et le saint-marcellin affiné. L’acidité de la mousse aérienne fait du bien en fin de repas. Nos faveurs vont toutefois à la crème brûlée qui laisse découvrir sa belle couleur verte sous le craquant du sucre. Mais le dessert le plus gourmand de la carte est le fameux éclair au caramel au beurre salé, qui est en passe de devenir le dessert emblématique de la maison !

Le Costaud c’est la surprise de la rue Brochant. Le patron virevolte et met l’ambiance entre les tables dans une bonne humeur non surjouée et Magali régale ses clients de bons produits frais : un duo de choc !

Le Costaud des Batignolles. 10 rue Brochant. 75017. Tél : 06 82 82 89 82 . Ouvert le soir du mardi au samedi . Métro Brochant. Formule midi 23,50 €. A la carte comptez 30 €.

Publicités

5 réflexions sur “LE COSTAUD DES BATIGNOLLES

  1. J’y fus déjeuner samedi 14 juillet. Si, si c’est pas une blague ! Dans l’assiette un vrai feu d’artifice de saveurs délicates et parfumées. Les nems de lapin : un délice pour le palais. Le roulé de poulet aux aubergines : fin et subtil. Quant au clafoutis aux cerises : au secours , j’en re-veux ! Merci pour l’adresse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s