TUNISIE (PART 2) : FONDOUK EL ATTARINE, LA HALTE GASTRONOMIQUE AU COEUR DE LA MEDINA DE TUNIS

Dur dur de quitter Sidi Bou Saïd, mais le dédale des ruelles de Tunis m’attend. 

L’odeur envoûtante du jasmin laisse la place à celles des épices, du cuir et de la menthe au coeur du souk. 

Et au beau milieu de cette « ville dans la ville », voilà un ancien caravansérail du 17eme siècle reconvertit en restaurant et temple de l’artisanat après des années de travaux gigantesques : Fondouk el Attarine

Les tables sont dressées dans le patio et entourées d’une multitude d’alcôves représentant tout ce qui constitue l’artisanat local : la poterie, la maroquinerie, les bijoux, le verre soufflé et l’épicerie fine. 

Aux fourneaux de ce qu’il faut maintenant présenter comme l’institution gastronomique locale, pas de grand chef étoilé mais une femme de 70 ans, témoin des traditions culinaires tunisiennes prônant l’authenticité dans tous ses plats. Ici, même les typiques feuilles de vigne sont préparées sur place. La brik croustillante d’une remarquable finesse laisse s’échapper un jaune d’oeuf coulant. Le jeu consiste d’ailleurs à la déguster avec les mains mais apparemment seuls les Tunisois (non non il n’y a pas de faute, c’est bien le gentilé des habitants de Tunis) ont la capacité de le faire ; une histoire de gênes certainement 🙂

La soupe chorba servie à l’assiette qui regorge d’épices est agrémentée de merguez faites maison aussi. Puis place au couscous ! Contrairement à son cousin le couscous marocain, la semoule tunisienne est parfumée et souvent proposée avec du poisson. Les pois chiches sont gros comme des raisins, les légumes parfument à eux-seuls le plat. Dans le lahma mjamera on retrouve un filet de boeuf farci et gratiné au fromage. 

Miel, pistache, dattes composent la majorité des desserts tunisiens. Ne passez pas à côté de la mahkouka : petit dôme de dattes fondantes entourant une pâte d’amandes et saupoudrée de poudre de pistache, de quoi tapisser le palais de sucre. Un vrai péché mignon où chaque cuillère en appelle une autre, même si, comme moi, vous aviez pourtant juré que « non non celle-là, c’est la dernière ». 

Demain on parlera palmiers et dattes.

Fondouk el Attarine. 9 bis souk el attarine, Tunis médina 1006. Site.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s