BIJOU : DES PIZZAS POUR FINS GOURMETS AU PIED DE LA BUTTE

g-nasti-8-marco-varoli-2016
Gennaro : l’homme qui créait des pizzas gastronomiques
g-nasti-3-marco-varoli-2016
italien, bel homme, tatoué, accent irrésistible. Cliché ?
g-nasti-5-marco-varoli-2016
La Perlina : aubergines, amandes, stracciatella, tomates Piennolo, zestes de citron, huile d’olive vierge

img_6333

Un heureux décor bistrotier à forte teneur indus’, voilà ce qui vous attend chez Bijou. Je n’ai pas pu m’empêcher de mitrailler avant de m’attabler. Carrelage type métro, bois rustico-chicos et suspensions tendance créent d’emblée le fameux « wow effect ». 

Pourquoi « Bijou » ? Parce que les créations du chef sont de purs joyaux ? Oui certes, mais aussi parce qu’il n’est pas fichu de prononcer le mot « bisou » sans faire fondre ces dames. Le bien surnommé « bijou » avait donc trouvé le nom de sa pizzéria gastronomique, entre le Moulin Rouge et le pied de la Butte, pile poil devant le théâtre de l’Atelier. 

img_6334

img_6335

img_6336

img_6337

img_6338

img_6339

img_6341

A mon arrivée dans les lieux, l’équipe était en plein tasting pour les nouvelles créations de la carte. Un peu plus de crème, un peu moins de zestes, pourquoi pas des fruits secs ou une pointe d’agrumes ? Ca crée sans relâche ici. Des pizzas classiques (margherita, quattro formaggi…) sont bien sûr proposées à la carte mais si on monte dans le noooord (#galabru) c’est bien pour découvrir les pizzas gourmets de la maison. Le moindre ingrédient provient d’Italie, le plus souvent de petites exploitations familiales que le chef connaît. Même la farine complète vient de la Botte et a été moulue à la pierre. D’ailleurs c’est la base de la pizza gourmet. « Car une pizza c’est d’abord une bonne pâte ». (et entendre le chef le dire avec son accent est… comment dire… craquant).

Une pâte qui a gonflé pendant des heures, sans aucun additif, pour un résultat gonflé, léger et tellement digeste. Et puis la garniture : mozzarella de bufflone, basilic parfumé, ragu dont la recette provient de la grand-mère, jambon cru Bedogni, pancetta croustillante, oeufs de caille, pecorino et toujours cette incomparable huile d’olive extra vierge Muraglia. Mamma mia quel goût ! L’association des saveurs a été travaillée et ça paye ! On découvre avec volupté qu’une pizza ça se savoure comme un bon plat mijoté. 

En dessert, on opte pour le tiramisu qui pourrait nourrir la table entière tellement il est généreux et on repart le coeur et l’estomac légers, prêts à conquérir la Butte. 

img_6343

img_6351

img_6357

img_6363
L’Antica : ragu ancien, mozzarella de bufflone, basilic, huile d’olive
img_6365
toutes cuites au four à bois bien sûr !
img_6374
4 cuillères svp !

BIJOU (le chef officie aussi chez Popine à Ménilmontant)

10 rue Dancourt, 18e

Métro Anvers

01 42 57 47 29

Pizzas de 14 € à 38 €

(3 premières photos (c) Marco Varoli)


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s