DOCHILAK : LA CANTINE CORÉENNE QUI DÉPOTE

les entrées : raviolis, poulet caramélisé et japchaé

Amoureux des bibimbaps bonjour ! J’ai déniché pour vous 3 petites cantines (voir les 3 adresses en fin de post) coréennes dans Paris. 

Pour les besoins de mon prochain guide aux Editions Parigramme (sortie début 2019) j’avais besoin de connaître vos goûts en matière de plats exotiques. J’ai donc posé la question sur Facebook et le bibimbap est revenu de nombreuses fois. Ce post va donc faire des heureux. 

Dochilak a été lancé il y a un an par Sunghak Han et Woojin Lim, le duo du Soon Grill (clic !) et se traduit littéralement par « repas nomade » en coréen. Illustration parfaite des recettes traditionnelles que les familles cuisinent au quotidien, la carte oscille entre grands classiques coréens et créations plus confidentielles.
Tous les produits sont frais, travaillés sur place et les recettes garanties saines et équilibrées. De quoi se faire plaisir au moment du dessert avec les petits gâteaux aux haricots rouges ou la fabuleuse glace au sésame noir : aussi puissante que gourmande ! 
Avant de jeter mon dévolu sur le bibimbap, j’ai goûté plusieurs entrées convaincantes : les mini raviolis grillés, les ailes de poulet très caramélisées et – heureuse surprise ! –  un japchaé que je ne pensais pas trouver à la carte. Plat coréen à base de nouilles de patates douces, le japchaé était jadis un plat destiné au Roi, qui s’est démocratisé depuis. Imaginez d’épaisses nouilles garnies d’une multitude de légumes croquants, le tout emprisonné dans une fine lamelle de concombre : frais, nourrissant, bourré de vitamines, il était parfait ! 
le savoureux bibimbap au chou kimchi

Il m’obsédait depuis mon réveil ce matin là. Un gros bibimbap brûlant garni de chou kimchi. Mais attention le vrai chou kimchi longtemps fermenté et bien pimenté ! Simplement parfait. 

Servi comme la tradition le veut dans un gros bol en pierre chaud qui continue de cuire le riz au fond du plat, mon bibimbap était composé de boeuf, concombre, carottes, chou, champignons et d’un jaune d’oeuf coulant. 

le fameux japchaé

du thé au gingembre
une déco « simple et basique » qui plairait à Orelsan 🙂

Une décoration simple proche de l’épure, toutefois égayée par quelques notes de couleurs sur les coussins et une jolie vaisselle raffinée. 3 petites adresses pensées comme des « jumak », ces tavernes populaires où les Coréens aiment se retrouver tout au long de la journée pour échanger autour d’un verre ou d’un repas.

On s’y sent bien, on y mange bien et rapidement ! Le service est d’une efficacité redoutable et vos finances vous diront merci puisque le plat unique n’est qu’à 11 € et la première formule déjeuner à 13 € (soupe-entrée-plat). 

Il ne vous reste plus qu’à choisir votre Dochilak : Opéra, Batignolles ou Montparnasse ? 

fondant au thé vert matcha
glace au sésame noir à goûter absolument !
petits gâteaux de haricots rouges

Dochilak

3 adresses dans Paris :

  • 22 rue St-Augustin, 2e
  • 15 rue Littré, 6e
  • 96 rue de Lévis, 9e

Formule déjeuner à partir de 13 € : soupe-entrée-plat

Plats uniques à partir de 11 €

Site 


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.