PORTO : L’INCROYABLE ENOTECA 17.56

L’Enoteca, c’est le projet un peu fou de Pedro Silva Reis, propriétaire des caves de la Real Companhia Velha dont je vous parlais hier sur ces pages. Ayant hérité de chais gigantesques sur les bords du Douro, l’homme d’affaires a décidé de les transformer en lieu de vie, en créant l’Enoteca 17.56 (année de création des chais) un lieu de vie pluriel dédié à la gastronomie, au bon vin et au plaisir, dans un sublime décor. 
10 mois de conception, 18 mois de travaux, 1200 mètres carrés de surface cuisine comprise, ce qui en fait la plus grande densité de clients au m2 au monde ! Les architectes ont réalisé une prouesse en habillant ces 1200 m2. Il fallait jouer avec les volumes et les espaces pour arriver à rendre cette immensité chaleureuse. Pari réussi !
Le comptoir, les tables d’hôtes, la partie salon, les petites alcôves pourvues de plaids, le coin salle à manger devant la cheminée, des espaces distincts ont été recréés à l’intérieur, c’est vaste, calme et les tables sont bien espacées les unes des autres. Mais l’Enoteca est plus qu’un restaurant, c’est un vrai lieu de vie. Fleuriste et musée au rez-de-chaussée ; puis à l’étage, articulés autour des tables : une grande fromagerie vantant les affinages parfaits de Marie-Anne Cantin, un maître sushi (brésilien) affairé à préparer ceviche, tataki et autre japonaiserie ; au fond du restaurant le banc d’écailler où crabe, homard et turbot attendent d’être dégustés et enfin de grands réfrigérateurs pour faire mûrir la viande. Ici on la pousse jusqu’à 7 semaines. 
Ce temple de la gourmandise ne serait pas complet sans une large sélection de vins et de Porto. Des bartenders de choc préparent toute la journée des cocktails et la sélection de vins a été pensée pour tout le monde. Certains grands crus sont jusque 3 fois moins chers qu’en France. 
Pour Pedro Silva Reis, le client doit pouvoir se faire plaisir, et ce plusieurs fois par semaine. Faire découvrir ses vins et sa belle sélection de porto est primordial pour lui, il a donc décidé de ne pas marger sur l’eau et offre eau minérale à ses clients à volonté. Joli geste ! 

*-*-*-*-*-*

La sélection de fromages Marie-Anne Cantin

Accueillant les visiteurs, la fromagerie trône fièrement dès l’entrée du restaurant. Dans la vitrine ? La crème de la crème des fromages français, choisis et affinés par la papesse du fromage : Marie-Anne Cantin, qui avait spécialement fait le voyage pour venir découvrir « sa » fromagerie, répondre aux questions d’une horde de journalistes et surtout nous faire un intéressant cours de dégustation. 

Le meilleur du terroir fromager français est ainsi représenté : Livarot, Coulommiers, reblochon fermier, Mont d’Or, Truffé de la Marne, Comté 12 mois, Pont l’Évêque, brie, roquefort, trou du cru, époisses et même son Guide de l’Amateur de Fromages paru aux Editions Albin Michel sont en vente. 

Pour faire un bon fromage, il faut d’abord un bon lait. Les bêtes doivent donc être nourries dans des herbages riches et parfumés. Dès leur livraison dans la boutique, les fromages encore frais sont déballés et disposés dans les caves d’affinage. L’affinage est le processus de maturation en cave qui va permettre à un jeune fromage, au goût encore peu prononcé, d’acquérir saveur, parfum, consistance et couleur, et de développer ainsi ses arômes. Dans ses caves, Marie-Anne, son mari Antoine Dias et leur équipe vont prodiguer des soins minutieux et surveiller avec attention cette maturation, dont la durée peut varier d’une quinzaine de jours pour certains fromages de chèvre à presque deux ans pour le Beaufort et le Comté. 

L’entendre conter le comté est un poème. Nous avons bu ses paroles et mangé ses fromages. 

Pedro Silva Reis et Marie-Anne Cantin

la jolie Vanessa 🙂 à votre service

*-*-*-*-*-*-*-*

À table !

chips de vitelotte encore tièdes
moules, coques, bouillon
beurre, gressins, fromage et olives toujours sur la table

couteaux parfaitement préparés et coques

risotto et turbot
feuilleté à la crème aux oeufs, comme un pastel de nata

Nous avons eu la chance de manger trois fois à l’Enoteca afin de découvrir une large partie de la carte. Vous avez vu le déjeuner, voici notre dîner. 

poulpe façon tempura
hommage à la France
la maison consacre une part importante à l’art de la table. La collection de carafes est incroyable

viande de boeuf maturée, patates rebelles

Un grande partie de la carte est consacrée au Japon et à la cuisine nikkei (fusion Japon/Pérou). Cet hommage au Japon fut un régal, du ceviche au gyoza, un sans faute !

Bien évidemment nous avons dégusté la bacalhau, parfaitement nacrée et surmontant une purée de pommes de terre aux herbes et oeufs durs. 

Un endroit à découvrir absolument après une petite balade apéritive sur les bords du Douro. La carte des innombrables mets permet à tous les budgets de venir s’y régaler. Que vous veniez pour un Porto, un steak de Charolais, un énorme plateau de sushis à partager, ou tout simplement un café dans le Cigar Club, un cocktail/grignotage sur la terrasse ou un dîner gastronomique en 6 temps, vous serez reçus de la même manière. Tout est possible à l’Enoteca. 


Enoteca 17.56

Alameda da Rua Serpa Pinto, 44B
4400-012 Vila Nova de Gaia

Site


 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. XAVIER VALENTIN dit :

    oh là là…
    ça donne tellement envie d’y aller !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.