Albert Corre a donné les clés de son Petit Pergolèse adoré à Alexandra et Serge, restaurateurs venus tout droit de leur Moulin à Vent dans le 5eme arrondissement. 

Dur dur de passer la main quand on a été attaché depuis si longtemps à son restaurant-galerie d’art. La passation se fait sereinement lorsqu’on remet ses clés à une personne de confiance, qui connaît le métier et avec qui on a déjà travaillé. Alexandra était en effet la sommelière du Pergolèse étoilé voisin où officiait Albert Corre, avant de partir travailler aux côtes d’Alain Passard. 

Les fondamentaux sont toujours là, Alexandra et Serge n’ont rien voulu dénaturer, simplement apporter leur petite touche. On célèbre toujours la gastronomie française dans ces lieux, n’ayez crainte. 


Unique à Paris, son restaurant Le Petit Pergolèse fait aussi office de galerie d’art. On déjeune ou dîne ainsi devant un Jeff Koons, une oeuvre de Frank Stella, César, Peter Anton, Warhol ou David LaChapelle que l’on a l’impression d’avoir pour soi le temps d’un repas. 

La grande ardoise qui narre les suggestions bistrotières est toujours là : pâté en croûte, terrine de foie gras maison, tatin de légumes, salade de homard tiède puis filet de bar, fricassée de rognons ou tartare de boeuf et frites maison…

Le terroir est dans l’assiette avec les cuisses de grenouille (un peu maigrelettes) et un exquis Chateaubriand accompagné d’une purée bien beurrée. 

Baba et soufflé bien maîtrisés ! A goûter aussi la star des desserts : la mousse au chocolat chaude. 

Une valeur sûre dans les adresses bistrotières parisiennes. 

Réservation fortement conseillée.