La qualité des prestations, le sens inné de l’accueil et de la restauration, la majestueuse auberge et son décor cossu, l’odeur du feu de cheminée, le talent du chef Martin Simonart en cuisine, la grande amabilité du personnel font de l’auberge un endroit hors du temps d’où l’on revient complètement régénéré.

Ancienne étape fameuse de la Nationale 7 chantée par Charles Trenet, l’Auberge qui borde le plus grand domaine forestier de France m’a enchantée du début à la fin de mon séjour. 


Derrière le comptoir du premier bar américain importé en France – une pièce en chêne de 8 mètres de long venue tout droit de Chicago -, se préparent les grands classiques du cocktail, du Gin Tonic au Old Fashioned à déguster face au feu d’une cheminée monumentale décorée des blasons des Templiers.

Sous les lustres en passementerie, clin d’œil aux inspirations britanniques de la maison, fauteuils club et canapés Chesterfield font l’ambiance bar à cocktail idéale, les souvenirs de famille, mobilier et pupitres d’église, ajoutent un supplément d’âme aux lieux.

A goûter, en préambule à votre dîner gastronomique, la spécialité de la maison,  le cocktail Templiers orange-champagne-Grand Marnier, et un trait de grenadine.

le parc a des airs de cottage anglais


ma chambre aux beaux volumes


le bar
elle crépite toute la journée

au réveil : vue sur le parc et la piscine
la sublime salle de bains de la suite

Attachée à la culture et au savoir-faire local, la famille Dépée choisit les mosaïques et faïences des Emaux de Briare, la manufacture historique du Loiret depuis 1845. 

Esprit Art Déco dans la suite familiale « Thuya » où la salle de bain vert amande dessinée par Madame Dépée joue les pièces de musée. Mosaïque de vert, clin d’œil au jardin anglais, dans celle du premier, et dans le Manoir, une version tout miroir et faïence blanche rejoue l’esprit sexy 70. 

J’ai vécu l’expérience automnale à l’Auberge. Les couleurs dans les arbres, la fine pluie et le feu de cheminée crépitant rajoutent au charme de l’endroit. Mais j’avoue qu’y séjourner aux beaux jours doit être paradisiaque. Aperçu ci-dessous.

Et un grand spa Esthederm est prévu pour 2020 ! 

-°-

Un peu d’histoire

Le lieu est historique. Une parcelle du XIIème siècle, ancien poste avancé de la Commanderie de l’Ordre des Templiers, devenu au fil des siècles relais de poste et ferme. Avec l’avènement du chemin de fer, l’établissement est racheté au début des années 20 par l’ancien Directeur du Moulin Rouge, Pierre Foucret. Une maison d’amis et de fête où passeront les stars de l’époque, Mistinguett dont le music-hall fait fureur à Paris, Maurice Chevalier et les autres.

L’histoire de l’Auberge des Templiers et de son restaurant commence avec la famille Dépée. Versaillaise d’origine, Lucienne-Anne se marie en 1928 à Jacques Dépée, journaliste sportif pour l’Aurore. Avec leur dote, le couple achète à une congrégation de sœurs, une librairie place Saint-Louis à Versailles, qu’ils rebaptisent A la Protection de Marie. Lucienne-Anne imagine alors les premiers kits pour missionnaires, nombreux en ville, proposant dans une valise carnet de prière, autel portable, chasuble et ciboire. L’invention séduit, et connaît un grand succès.

Passionnée de cuisine, rêvant d’ouvrir un jour son restaurant, Lucienne-Anne découvre l’Auberge des Templiers devenue maison de week-end des fidèles du Moulin Rouge. Les affaires ne tournant plus guère, elle rachète l’auberge à bon prix. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle reçoit ses 12 premiers clients. Le premier dîner est servi. Lucienne-Anne y consacrera chaque jour de sa vie.

Le post suivant sera consacré à la cuisine (étoilée et engagée) de haute volée du chef Martin Simonart. 


L’Auberge des Templiers

18 Chambres et 8 Suites, à partir de 155 €

Nationale 7

45290 Boismorand

Tél. 02 38 31 80 01

http://www.lestempliers.com

Animaux bienvenus